Albert Moncomble (1922-2004), le "pape des louches et des robinets"

Dans sa prime jeunesse, il fut études primaires, à l'école de Créquy, dirigée alors par Monsieur Sénéchal. Il en conserva des souvenirs précis, servis par une mémoire prodigieuse: longtemps il fut capable de réciter les bonnes lectures d'antan tirées du vieux Dumas, notamment l'Ami Fritz d'Erckmann et Chatrian, et se rappelait avec émotion les leçons de choses ponctuées d'expériences quand celles-ci concernaient les techniques (pour exemple, la pompe aspirante). C'était aussi un spécialiste de l'école buissonnière et sa mémoire conserve à ce propos quelques événements épiques...

Au sortir de l'école, le jeune Albert Moncomble entra en apprentissage chez Fernand Moronval, alors boulanger à Créquy ; c’est là qu’il travailla de 1937 à 1939. Ensuite il entra comme journalier chez Maurice Lefebvre, à la Ferme du Moulin : c’est dans cette fonction qu’il contribue en juillet 1941 au sauvetage d’un pilote britannique abattu près de Sarfaucry, dans un geste de résistance réflexe. Il a épousé en 1942 Magdalena Hnyda, fille de Fédor et de Maria Makar
L
A son retour, en mai 1945, Albert exerça divers emplois en tant qu'ouvrier agricole; il s'essaya même  au colportage, jusqu’au jour où il s’aperçoit que les prix de vente qu’il pratiquait étaient inférieurs au prix de revient de ses marchandises (1946-1948). Ensuite, il entre dans l'entreprisede battage de Laurent Hanquez (1949-1951), puis chez Emile Brebion, marchand de charbon, de 1952 à 1958. A cette date, il est chez Victorien Hanquez, entreprise de battage  à Hesmond, ceci jusqu’en  décembre 1974.  
Parmi les passions constantes, le travail du bois servi par une habileté manifeste. Albert a su perpétuer la tradition bien créquinoise de la fabrication des louches et des robinets, apprise par son père, sans doute, qui savait fabriquer des balais en "bois de lune", mais aussi de l'observation minutieuse et attentive des boisseliers du village.
Il fut sans doute le dernier fabricant de louches, de robinets, de cuillères, de secrets de pompe, de joug. Aussi est-il souvent sollicité par les écoles et à l'occasion de fêtes locales pour lesquelles il s'adonne volontiers à des démonstrations. Il est devenu de ce fait une star, une vedette locale..
Albert Moncomble est décédé à l'aube du 28 août 2004

 

 

Retour à la page d'accueil

Ce site est édité par le Comité d'Histoire du Haut-Pays, sous la direction de René Lesage.

 Une adresse pour nous contacter