Documents (1200-1515)

1202. Description des fiefs..- Chevaliers du comte de St Pol: le comte, Robert Fretel,  Hugues Tacon, Gilbert d'Averdoing, Baudouin d'Aire, Anselme d'Encre, Baudouin de Créquy, Baudouin de Pas. (Histoire des Normands, BM Arras, ms 291 (mention); Recueil des historiens, t XXIII)

1237-1238, février. Guillaume, châtelain de St-Omer et Philippe de Créquy, chevalier, font connaître la convention intervenue entre l'église de Saint-Jean-les-Thérouanne et noble homme Baudouin de Fressin, touchant les dîmes et d'autres choses à Sains, Planques, Fressin, Planques, etc...  "Les choses doivent être mises par écrit, dont la mémoire mérite d'être confirmée à perpétuité, afin que, quand il en sera besoin, elles puissent être entendues de la postérité. C'est pourquoi, nous, Guillaume, châtelain de Saint-Omer et Guillaume, frères, et Philippe de Créki, chevaliers, faisons savoir à tous ceux et qui verront ou entendront ces présentes lettres qu'étant donné qu'un désaccord est intervenu entre l'église Saint-Jean-au-Mont de Thérouanne et noble homme le seigneur Baudouin de Fressin, chevalier, à propos des dîmes novales et de la dîme qui se perçoit des Croix de Sains jusqu'à la rivière de Planques (la Planquette), de la dîme que le dit Baudouin a acheté d'Ingrard de Saint-Waast, en l'église de Saint-Jean, à propos du quart du droit de mouture assis autrefois à Fressin devant la porte de l'église, et de cinq hôtes, à savoir Wiart le Caron, et quatre autres demeurant en la maison d'Aelis de Saint-Jean et en la maison de Julien, vasseur, à propos du droit de mouture de la dite église de Fressin et à propos de vingt-huit mesures de terre que tenait de la dite église Hernuis, et à propos de trois mesures de terre que Gérard de Flament tenait de même de la dite église et à propos de trois mesures de terre que Galon de Bouin sise au sart Rochard, et à propos de deux hôtes de Nicolas de Neufchâtel et à propos de l'étang qui retient l'eau pour le dit moulin et des hôtes demeurant au dit étang et à propos de l'hommage que dame Waldeburgue de Werchin tenait de la dite église, finalement les deux parties ont passé compromis pour toutes ces choses et spécialement pour tout autre différent. Nous après avoir entendu avec beaucoup d'attention les raisons et les intentions de l'une et l'autre partie, après avoir pris conseil d'hommes honnêtes et de clercs, entre les deux parties nous avons ordonné ce qui suit: prononçons premièrement que la dite église pour et au lieu du dit moulin aura un muid de blé loyal à Fressin ou à Royon, suivant ce que préférera le seigneur de Fressin et à la mesure de Fressin, payable tous les ans à la fête de Noël. De même l'église de Sains pourra moudre comme elle l'entend aux moulins de Fressin et de Torcy et sera exempte de toute exaction et coutumes. Elle aura même priorité pour moudre son blé, sauf à passer après les blés qui se trouveraient déjà dans les moulins. De même l'église de Sains et de Fressin percevra franchement et perpétuellement toutes dîmes novales qui sont sous sa dépendance depuis le Concile de Latran du Pape Innocent III, de même que celle qu'elle obtiendra par la suite.  De même, la même église aura à perpétuité la dîme de Cantuar que le dit Baudouin maintenait être de l'échange passé avec Notre-Dame du Bois (Ruisseauville).  De même le dit Baudouin ou son héritier devra accorder libre passage à la dite église sur un chemin qui part de ses terres jusqu'à celui qui arrive devant l'église de Fressin, lequel chemin se situait devant la maison de seigneur Richard et allait jusqu'à la terre qui était à Arnoul, fils d'Albéric.    En ce qui concerne les autres choses, elles demeureront à monseigneur Baudouin et à son héritier à perpétuité.     De plus nous ordonnons que la dite église de Saint-Jean sera tenue de célébrer annuellement les anniversaires du dit Baudouin et de Marguerite sa femme. Nous faisons savoir également que si la dite église venait à échanger ou vendre les revenus, les hôtes, les dîmes et terres qu'elle possède dans les territoires de Sains et de Fressin, à qui que ce soit, ecclésiastique, laïque ou église, l'église accordera la préférence à Baudouin et à son héritier. En cas d'échange et de récompense, on s'en tiendra à l'avis de deux prud'hommes neutres par rapport aux deux parties. En cas de vente, on recherchera le prix le plus juste. L'église est tenu de garantir la préférence au dit Baudouin et à son héritier comme ceux-ci sont tenus de garantir la récompense faite à l'église. Par la dite ordonnance, toutes les querelles spécifiées ci-dessus seront entre les deux parties assoupies. Ce qu'ayant été considéré avec attention et exposé à l'une et l'autre partie, Bernard, abbé de Saint-Jean de Thérouanne et tout le couvent de ce lieu d'une part et Baudouin, Philippe et Baudouin, ses enfants, chevaliers, ont approuvé cet accord et ont promis et juré sur la foi de leur corps qu'ils le garderont fermement. Comme depuis le temps du présent chirographe, le dit Baudouin qui avait consenti à cette ordonnance, était décédé, et n'avait donc pu y apposer son sceau, pour confirmation et assurance de tout ce qui a été ordonné, nous Guillaume, châtelain de Saint-Omer, Guillaume son frère et Philippe de Créquy, chevalier, arbitres de la dite ordonnance, Bernard, abbé de la dite église de Saint-Jean et le couvent du même lieu, nous corroborons de notre sceau le présent chirographe. Fait l'an mil deux cent trente sept, au mois de février." (BN, Cabinet d'Hozier, 112)

1256, janvier. Baudouin de Créquy fait savoir que son père avait accordé à Hues, son second fils, deux cent livres de terre, mais que par la suite, il a fallu en arriver à un accord rendu par Baudouin de Créquy, seigneur de Torcy, monseigneur Williaume de Créquy, prévôt d'Aire et Joffrey de Bosquillon, bourgeois d'Hesdin, lesquels ont conclu ceci:    le dit Hues aura et tiendra héritablement et aussi franchement et en toute justice comme je tiens mes terres du comté de Saint-Pol le terrage des Planques acensé 21 muids moitié blé et moitié avoine à la mesure de Planques (ces terres mon tayon Baudouin disait les avoir). Il y jouira de toute seigneurie haute et basse comme ses ancêtres ont eu; il aura aussi 167 mesures de terres vilaines qui sont de l'avesnes des Planques; il doit aussi avoir 60 mesures de terres franches au terroir d'Avondances. Ces terres sont limitées par le bois de Sainte-Marie-au-Bois (Ruisseauville), le Winquenel et le pré Heldiart et les terres Robert des Planques; il doit aussi avoir le bois de Winquenel et les bois des Marquais à l'eau. Toutes les choses devant dites, Hues et ses héritiers les tiendront du seigneur de Créquy et de ses héritiers à hommage-lige. Il aura aussi la ville de d'Anebroc, le manoir et autres dépendances qu'il tiendra du seigneur de Fauquembergues.  Si le dit Hues meurt sans héritier de sa chair, toutes ces choses reviendront au seigneur de Créquy ou à ses héritiers. (AN, 306 AP 659-original;BN, Cab. Hozier, 112- copie)  

1262. Baudouin de Créquy aurait donné la terre de Rimboval, plus Préhédré et Sains à son frère Huon. (Indication: AN, M 380). Je n'ai pas retrouvé trace de cet acte, mais il est certain que la terre de Rimboval n'apparaît pas à priori dans le partage de 1256 que nous connaissons.

1318, 8 janvier. Accord sur les différends qu'avaient entre eux Jean, sire de Créquy et de Fressin, chevalier, et Baudouin de Créquy, son cousin, sire de Sains, à cause de l'acquisition d'un héritage mouvant de la seigneurie de Fressin. Acte scellé des hommes de fiefs de la même seigneurie. (Arch. Langle; BN, Cab. d'Hozier 112; AN, 306 AP 554)

1361. Enguerrand de Créquy, sire de Canlers, vend à messire Arnoul de Créquy, sire de Sains, les livres de Gallande contenant neuf vingt et sept mesures de huit vers en ... de dix livres parisis de rente à prendre sur la prévôté de la ville de St Pol en Ternois, à condition de la jouissance viagère réservée à Jeanne et Catherine de Créquy, fille d'Arnoul de Sains. Vente faite avec l'accord de Guillaume de Créquy, sire du Tronquoy, frère et héritier apparent. Pierre Wasselin, lieutenant du bailly de Créquy et de Fressin pour monsieur de Disquemue, tenant le bail de Jean, héritier de Fressin et de Créquy. (Titres des granges; AN, 306 AP 554-M)

1377-1378, 20 janvier. Arnoul de Créquy, chevalier, poursuivi pour l'assassinat de feu Jehan le Teulier, familier de Jeanne de Haverskerque, dame de Créquy, naguère prisonnier comme clerc en les prisons de l'évêque de Thérouanne, a été amené par Tassart du Bois, sergent du bailliage d'Amiens, afin que le Parlement connaisse la sauvegarde. Arnoul a été mené à la prison de la conciergerie. Ledit Arnoul s'est engagé à ne pas s'échapper. Jehan de Créquy et Noël de Créquy, chevaliers, frères d'Arnoul sont pleiges pour le tout, sur l'obligation de leurs corps et leurs biens. (AN, X/2A 10, f° 57/vo; CHHP, Mmi 12 (105-106) )

1390, 7-21 janvier.- Sentence du prévôt de Montreuil confirmative de celle du bailli d'Amiens reconnaissant à Louis de Créquy, écuyer, le droit de chasse aux oiseaux sur la terre de Créquy et de Planques que lui contestait Jean de Créquy, chevalier. (Chartrier Bucamp, PDC, 1 J 1778/72)

1397, 20 octobre. Aveu baillé par Jean, seigneur de Créquy et de Fressin, des seigneuries et terres de Créquy et des quatre vingt quinze fiefs et arrières fiefs qui en dépendent. (Mention: BN, Baluze, Ms 51)

1405, décembre.- Jacquemart de la Porte, collecteur de Créquy, certifie que les habitants du village n'ont rien payé pour l'aide du mariage de Monseigneur le Comte de Rethel, ayant été tenus "paisibles.." (Nord, B 934)

1420, 17 juillet. Jeanne de Haverskerque, dame de Créquy, contre Jeanne de Créquy, héritière de Regnaut de Créquy, seigneur de Contes. (AN, X/1C 120, n° 18 et 19; CHHP, Mmi 12 (114-115))

1438.- recettes des aides. Compte de Pierre Evrelenc

Créquy et Torcy:                 20 livres(Nord, B 16841)

1441, 22 juin. Lettres de Pierre de Pardieu, bailli de Jean de Créquy, seigneur de Créquy. (BN, cab d'Hozier 112)

1455, octobre.- Aide

Créquy et Torcy                  20 livres (Nord, B 16759)

1455, 12 mai. Rapport du fief de Philippe de Maisnil, seigneur dudit lieu et de Lespault. (Inv. Tierny)

Créquy et Torcy                  16 livres (Nord, B 16760)

1473-1474, février. Aveu de dénombrement du comté de Saint-Pol. (Nord, B 17169)

1483, 25 septembre.- Antoine Le Cointe, receveur de Créquy, certifient à Nicole de Bours, acquéreur d'un fief à Royon, sa valeur estimée à 15 livres. (Chartier de Courset, PDC, 12 J 189)

1507, 22 septembre. Coutumes locales et usages de la terre et seigneurie et baronnie de Créquy, tenue en un seul fief de comté de St-Pol, approuvés par Toussains de Sains, écuyer, seigneur de la Capelle, lieutenant du bailli de Créquy pour noble homme Jehan, seigneur de Créquy, Pont de Rémy, etc... (Bouthors,

1513, 7 décembre. Compte pour la terre de Créquy présentée en son château de Fressin à Monseigneur de Créquy. (Inv. Tierny)

1515, 12 mars. Bail à rente fait à Jehan Blioul, demeurant à Créquy, de certains héritages. (Inv. Tierny)

 

 

Retour à la page d'accueil

Ce site est édité par le Comité d'Histoire du Haut-Pays, sous la direction de René Lesage.

 Une adresse pour nous contacter