Créquy (Pas-de-Calais)

 

Lettre de Pierre Demagny (1644)

Monsieur,

J'ai reçu les vostres par lesquelles m'esprimez touchant l'entremise que j'ai exercée au Préhedrez sçavoir sy je la veux continuer a quoy je vous respons que je ne la désire ainsy sy Monseigneur le baron de Selmes me la veult continuer et touchant au Préhedrez là où est scituée ladicte eigneurie et Bois Habart la lieu est du tout désert et ny at ame vivante qu'il y demeure jusque là ny a Coupelles Noeuf et Vielles. A Fruges il ny at quenviron sept a huit mesnages quy sont les plus proches voisins des bois et seigneuries de mondit seigneur et ne font iceux aulcuns degasz au bois de mondit seigneur pour avoir pour cent mesures de bois entre ledit bois et les dits villages. J'ay pensé passé long temps de retourner mais jusque là j'ay un peu d'apparence ma mère qui demeuroit chez nous est allé passer cincq jours à Créquy dou sont paroissiens ceux du Préhedrez pour recoignoistre sy lon trouveroit quelque demeure avecq intention qu'avont aussy de retourner pour tacher de commencer un peu a se remettre car au Préhedrez on ne peut demeurer pour les voleurs et ny faict pas sy bon que l'on pense, ainsy qu'est arrivé au receveur de Madame d'Embry a la St-Martin passé et quinze jours après encoire une fois de nuict ont tué son neveu tout pillé et mis le feu en sa maison luy s'est sauve avecq grand peine et at esté contraint d'abandonner la place. D'ailleurs s'il y avoit quelque profit à faire le gouverneur de Hesdin loue come a luy admis par confiscation mesme les anciens manoirs pour labourer en estant requis par les paisants tant en la compté de St-Paul comme au baillage dudit Hesdin et touchant la satisfaire et quand au boy qu'il mestait deu il est encore deu presentement car depuis le siege de St-Omer ceux de Fruges et Coupelle qui estoient ordinairement marchand desdicts bois ont estées dispersés ça et là leurs forts abbattus et leurs maisons bruslées tellemtn qu'il ny at moïens de les retrouver, les uns estants morts les autres partyrs en Flandre, tous dispersez et je vous asseure quil ny at pas manque de vouloir comme lat experimenté Monseigneurde très heureuse mémoire de Rongy que Dieu absolve avant la guerre que lors au premier mandement je donnoy satisfaction à mondit seigneur et sy ne put estre le temps présent j'euse tascé de faire le mesme et j'espère que Monseigneur le baron de Selles autait pitié de nos présentes misères car j'ay huict enfants aïant beaucoup de mal à les entretenir ou esgard aussy aux loïaux services que neu mon père at autrefois faict tant à Monseigneur de Réverendissime evesde Tournay comme aussy à Monseigneur de Rongy et moy je desire demeurer dieu m'en donnait la grâce serviteur de mondit seigneur me recommandant bien humblement aux vostres me diray.

Vostre très humble serviteur.

Pierre De Maigny

du 9è de mars de l'an 1644

 

 

Retour à la page d'accueil

Ce site est édité par le Comité d'Histoire du Haut-Pays, sous la direction de René Lesage.

 Une adresse pour nous contacter