Créquy (Pas-de-Calais)

Alphonse Liégeois curé de Créquy de 1907 à 1939

En 1907, M. Alphonse Liégeois fut nommé curé de Créquy pour remplacer Monsieur l'abbé Pronier. Curé de Créquy pendant trente deux années, M. l'abbé Liégeois, aumême titre que le St Curé d'Ars, dont il avait le profil et le physique ascétique, a laissé dans la paroisse un souvenir vivant de son inaltérable bonté jointe à son légendaire amour et dévouement pour ses paroissiens.

A la tête d'une fortune assez importante consistant surtout en la ferme de ses parents à Montigny en Gohelle, notre bon curé Liégeois avait subi durant la guerre de 1914 de nombreuses pertes. Naturellement, à l'encontre de ses intérêts personnels, il attendit qu'il fut presque trop tard pour constituer son dossier de dommages de guerre ; si bien qu'il arriva bon dernier pour récupérer ce dont il avait droit au même titre que les sinistrés.

Cela ne l'empêcha de continuer à distribuer ses secours à tous les malheureux ; jamais il ne visitait un indigent quelconque, sans laisser (comme par hasard) sur un meuble, quelques billets qui toujours, paraissaient lui brûler les doigts et dont il semblait avoir hâte de se débarrasser au profit d'autrui.

C'est durant la guerre de 1914 qu'il donna toute la mesure de son dévouement : non content de secourir pécuniairement ses paroissiens, il s'improvisa moissonneur, montrant ainsi qu'il n'avait pas oublié, ni renié les premiers travaux de son enfance.

M. Liégeois continua à s'occuper de la jeunesse catholique ; faisait faire du théâtre aux jeunes gens à qui il donnait des répétitions. Inlassable, il savait consoler.

Le jeudi saint de 1939, notre cher curé Liégeois était frappé d'apoplexie alors qu'il officiait en l'église de Torcy, annexe de Créquy ; ramené aussitôt au presbytère, il devait, malgré des soins énergiques, expirer le lendemain, à l'exemple de son divin Maître dont il avait été le continuateur durant toute sa vie.

Il est inhumé au chevet de l'église de Créquy sous un mausolée élevé, malgré sa défense formelle. Il aurait voulu être enseveli directement dans la terre. Sur la dalle mortuaire, l'inscription qui résume bien ce que fut sa vie.

 

 

 

Retour à la page d'accueil

Ce site est édité par le Comité d'Histoire du Haut-Pays, sous la direction de René Lesage.

 Une adresse pour nous contacter