Créquy (Pas-de-Calais)

Marcel Caudevelle (1908-1944)

Marcel Florimond Alfred Joseph CAUDEVELLE est né à Créquy le 5 octobre 1908, fils d'Edouard et d'Ida FLAMENT. Il est instituteur à La Capelle quand la guerre le surprend.

A la fin de1942, il rentre en résistance dans les rangs de l'O.C.M, pour diriger le groupe de la Capelle sous le pseudo de "Franck", secondé par Marcel Dandre et Isabelle Nacry. Ce groupe est en liaison avec Emile Leblond, chef du sous-secteur de Marquise, à qui il livre les renseignements sur les troupes et les installations allemandes. En dépit de son appartenance aux UCR (Unité-Combat-Renseignement), mis en place à l'automne 1943, il parvient à échapper à la rafle consécutive à l'arrestation de Roland Farjon.

L'activité de l'O.C.M. s'éteint par la suite des arrestations qui frappent le mouvement à la fin de l'année 1943. En mai 1944, le commandant Fernand Lhermitte réorganise le secteur côtier et y constitue deux corps francs, opérationnels.

Le corps franc de La Capelle est placé sous lee commandement du lieutenant Caudevelle, secondé par le sous-lieutenant et de Jean Legrand .Il est composé de deux groupes:
-         le groupe de la Capelle-Conteville composé de 15 hommes sous les ordres du sous-lieutenant Francis Delury
-         le groupe de Le Waast composé de 20 hommes dont 11 soldats russes évadés de la Wehrmacht sous les ordres de René Wimet et de Pierre Charbonnel.

Ces groupes se lancent dans la guérilla le 30 août, à mesure que s'approchent les armées libératrices. Le 3 septembre, ils s'emparent d'un camion chargé de huit tonnes d'obus et entament ses reconnaissances vers le Mont-Lambert, fortement défendu par les Allemands. Le 4, le groupe de la Capelle abat un Feldwebel. Le lendemain, le corps franc accueille le régiment de la Chaudière et se met à sa disposition. des patrouilles communes permettent de nettoyer Baincthun et de pousser de longues reconnaissances  vers Pernes, Rupembert, la Trésorerie, dans le dispositif allemand.

Le 9 septembre 1944, Marcel   Caudevelle se rend avec son adjoint Jean Legrand au PC canadien pour rendre compte des patrouilles de la journée. Ils y apprennent qu'une opération prévue pour le lendemain sur la Wattine a été annulée en raison du temps. Ils s'en vont donc, tous deux en uniforme, en informer l'unité canadienne avec laquelle ils devaient partir. Alors qu'ils traversent la cour d'une petite ferme, un obus éclate dans leur dos. Ils s'abattent: Jean Legrand est mortellement blessé; Marcel survit jusqu'à cinq heures du matin.

Deux rues, dans la commune de La Capelle-lès-Boulogne, sont dédiées à ces deux héros de la Résistance

Bibliographie:

BATAILLE Guy, Le Boulonnais dans la Tourmente

GRARE Bernard, http://www.capelle-les-boulogne.fr/index.php?id=patrimoine

 

 

 

 

Retour à la page d'accueil

Ce site est édité par le Comité d'Histoire du Haut-Pays, sous la direction de René Lesage.

 Une adresse pour nous contacter